1- Comment pouvons-nous définir activité parascolaire ?

Selon la définition du dictionnaire français, une activité parascolaire est une activité facultative qui est en relation avec l’enseignement scolaire sans en faire partie intégrante.

Une  activité parascolaire  est donc une activité qu’un enfant peut pratiquer en dehors des heures de classe, soit à l’établissement scolaire fréquenté, soit dans un autre établissement. Souvent, ces activités se regroupent autour des jeux sportifs, comme la danse, le football, la natation etc. ; des activités artistiques comme l’art, la musique, l’apprentissage d’une langue seconde, etc.

2- Comment expliquez l’importance des activités parascolaires pour les enfants : épanouissement personnel, social, se faire des amis, passe-temps instructif et divertissant ?

Tout d’abord, pour qu’une activité parascolaire soit vraiment bénéfique à un jeune, il faut que cette activité lui plaise, qu’il la choisisse lui-même. Généralement, les activités parascolaires ont pour objectifs de développer les talents des jeunes, de renforcer leurs connaissances et leur compétences. Très souvent, l’enfant se retrouve avec d’autres compagnons de son âge ayant les mêmes intérêts, d’où se développe un sentiment d’appartenance, où il apprend des valeurs telles la persévérance et le sens des responsabilités. Quand les activités sont bien guidées et bien structurées, les enfants s’entraident, s’encouragent à s’améliorer, ce qui peut beaucoup aider un enfant dont l’estime de soi est à travailler. De plus, vu notre style de vie actuel, ces activités permettent aux enfants de se socialiser, d’explorer, de bouger, de faire de nouvelles expériences au lieu d’être assis à la maison devant une télévision ou un appareil électronique !

3- Les bienfaits sur la santé de l’enfant : relationnels, psychologiques, physiques, créatifs… ?

Les activités parascolaires devraient être des moments de détente mentale pour l’enfant. Une activité qui le passionne ne sera pas considérée comme une obligation mais comme un moment de joie, de distraction, de liberté pour lui.

4-   Qu’en est-il de l’aspect éducatif des activités parascolaires ?

On peut toujours retracer une relation académique dans une activité parascolaire. N’oubliez pas qu’on n’apprend pas seulement sur le banc d’école ! La majorité des activités sportives et artistiques impliquent indirectement beaucoup de mathématiques, d’orientation spatiale, de coordination, de gestion du temps, du rythme, etc. Toutes ces compétences sont des prérequis aux apprentissages dits «  académiques ».

5- Que pouvez-vous nous dire sur la classification des activités parascolaires culturelles, sportives et sociales ?

Chacune joue son rôle dans les sociétés, aucune n’est meilleure que l’autre !

6- A quel rythme, quelle fréquence devraient se pratiquer les activités parascolaires ?

L’excès en tout nuit… Certains parents pensent que l’enfant doit participer à une activité tous les jours. Les pauvres ! Bien qu’ils soient généralement plein d’énergie, les enfants ont eux aussi besoin d’un temps libre, où ils doivent apprendre à gérer leur temps, apprendre à s’occuper seuls, à vivre avec les autres sans les « regards » constants de l’adulte superviseur… Il faut bien sûr tenir compte de l’âge de l’enfant, mais, à mon opinion, une activité 2 à 3 fois par semaine est amplement suffisante.

7- Le rôle des parents dans la pratique des activités parascolaires ? Encourager tout en limitant ou laisser faire tout le temps ?

Idéalement, il faudrait que l’enfant puisse choisir lui-même l’activité qui lui plaît. Ils vont déjà à l’école très souvent contre leur gré, donc ajouter une autre activité par la « force » risque d’être très pénible pour eux ! Si le parent désire inscrire un enfant contre son gré, il doit s’attendre à la possibilité qu’un jour l’enfant ne veuille plus y participer. Il faut bien sûr que le parent motive l’enfant le plus possible ; mais si l’activité ne convient pas aux besoins et aux désirs de l’enfant, ce dernier risque d’y aller pour passer le temps sans vraiment bénéficier de tous les avantages. Dans le cas où l’enfant participe à une activité qu’il a lui-même choisie, le parent devrait être présent le plus possible, afin de voir l’évolution de l’enfant, de le complimenter, ce qui augmentera considérablement son estime de lui-même.

8 – Changer d’activité parascolaire de temps en temps est-il conseillé ?

C’est difficile à répondre. Chaque enfant est différent et les intérêts changent avec l’âge et les amis. Cependant, un enfant qui présente un réel talent devrait être poussé à continuer. Mais rien ne l’empêche d’essayer une autre activité de temps en temps. Il peut même découvrir d’autres talents ! L’important est de ne pas accepter qu’il change d’activité à chaque échec ou difficulté.

9- Conseils aux parents ?

Il faut toujours penser à faire l’équilibre entre la famille, l’école, les activités et le repos. Nous vivons à un rythme très rapide et oublions parfois de nous arrêter, de respirer et de prendre le temps de se reposer. Les enfants ont eux aussi besoin de ces moments « à ne rien faire » ! Motivez-les au maximum sans leur ajouter une autre source de stress.

 

Melissa Coupaud

Orthopédagogue et

Directrice de Cabrioles Jardin d’enfants