« Timoun sa gen vè wi ! » Une remarque bien courante pour expliquer que l’enfant bouge beaucoup (turbulent). Mais pourtant, les vers ne concernent pas seulement les enfants. Ce sont des organismes différents des virus et des bactéries qui peuvent infester notre organisme.

Nous allons aujourd’hui faire le point sur une helminthiase fortement présente dans la population en générale : «  le ver solitaire ».  Helminthiase est le terme utilisé pour désigner les maladies humaines et animales dues à l’infestation par des vers parasites intestinaux nommés Helminthes. On distingue des vers ronds et des vers plats.

Le ver solitaire, dont le nom scientifique est Taenia, est un parasite responsable d’infections intestinales. On distingue le Taenia solium, qui héberge d’abord chez le porc avant de parasiter l’homme ; et le Taenia saginata qui héberge d’abord chez le bœuf.  Il est appelé « solitaire » car on en retrouve en général qu’un seul dans le corps humain.

Le ver solitaire est plat et son corps est fragmenté en un ensemble de segments appelés « anneaux » (2000 à 2500). Après sa maturité, ce ver  peut atteindre 4 à 12 mètres de long dans l’intestin.  Il arrive même à se reproduire tout seul et féconder 80 000 œufs par anneaux. Et les anneaux distaux se détachent et sont libérés avec les selles ou sans les selles.

Comment attrapons-nous ce vers ?

Nous parlerons donc du cycle de contamination.  Le schéma classique est le suivant : des œufs de tænia libérés dans le milieu extérieur sont ingérés par un bœuf ou un porc.  L’embryon passe dans  la muqueuse intestinale et va se transformer en une larve nommée « cysticerque » [retenez ce terme] – ces cysticerques vont se retrouver dans tous les muscles chez le bœuf et préférentiellement dans la langue chez le porc.

En mangeant la viande de porc et de bœuf peu cuite, nous ingérons des cysticerques qui, arrivés dans notre intestin, libèrent une forme immature de tænia qui prendra 3 mois environ pour se transformer en ver mature de 4 à 12 mètres de long.  Le ver peut vivre dans l’intestin de l’hôte jusqu’à sa mort.

Les manifestations cliniques sont non spécifiques mais on retrouve usuellement  une fatigue – insomnie – irritabilité – douleurs abdominales – perte d’appétit ou  l’inverse, une boulimie. Ces signes tendent à disparaître avec la maturation du ver. La manifestation clinique du ver mature est la présence d’anneaux dans les sous-vêtements – parfois extériorisation du ver dans l’anus.

Il y a un autre mode d’infestation !!!

L’homme peut se contaminer en ingérant des œufs re-largués dans le milieu extérieur soit en s’auto-infestant ou par le biais d’aliments ou eau contaminés par le manque d’hygiène.  A ce moment, il a lui-même des cysticerques dans ses muscles et qui peuvent aussi se retrouver dans le cerveau et causer des crises convulsives.

Ce ver n’est pas visible à la radiographie ni à l’échographie, il faut donc prévenir son infestation. Respecter les règles d’hygiène de base, BIEN se LAVER les MAINS, bien congeler et BIEN CUIRE la viande, encourager le contrôle vétérinaire des abattoirs.

Devant des signes abdominaux non-spécifiques, allez voir votre médecin qui performera des tests visant à mettre en évidence une helminthiase et instaurera un traitement adapté.

 

Dr Veauthyelau SAINT-JOY

Village Santé